Walkonwater - Catherine De Ryck's Art Blog

28 juin 2016

Le voyage illustré / The illustrated journey

Je ne voyage jamais sans carnet de croquis. Mieux qu'une photographie, le croquis me permet de créer un lien profond avec chaque lieu où je m'arrête. Chaque dessin ou croquis aquarellé conte une histoire : il grave les souvenirs, couleurs et ambiances dans mon esprit. Il constitue en quelque sorte un répertoire des paysages, scènes de vie, personnes, de la flore, faune, de l'histoire et de la culture locales rencontrés au cours d'un voyage. Lorsqu'il dessine, l'artiste est entouré d'éléments extérieurs qui influencent plus ou moins directement son travail : conditions météorologiques, sons, arômes, ... Dès lors, le carnet de voyage l'encourage à faire usage de tous ses sens, il implique le "vivre ici et maintenant".

Tenir un carnet de croquis favorise également la découverte. Cela permet de contempler l'invisible ou, en d'autres termes, de comprendre son sujet et de se concentrer sur des détails auxquels on ne prêterait peut-être pas attention de prime-abord. L'artiste peut alors réaliser des études détaillées de sujets inhabituels, situés parfois aux antipodes de sa zone de confort, et expérimenter de nouvelles approches par la forme, la couleur, les valeurs et la texture.

Enfin, dessiner ou peindre sur le motif favorise les rencontres avec la population locale car cela encourage souvent les uns et les autres à s'approcher, découvrir les esquisses en cours et entammer la conversation.

De retour à l'atelier, certains croquis seront réutilisés ou retravaillés pour donner naissance à un tableau plus abouti. Le carnet de voyage devient alors un ensemble de visuels de référence composé d'inspirations, d'informations et d'idées. Je complète généralement mes dessins par des annotations telles que dates et heures, observations du ciel, descriptions de paysages, de personnes ou d'objets, routes parcourues, couleurs, contrastes, textures, ...

Article complémentaire : Matériel - Peindre sur le motif.

DeRyck_GeorgesDragonGeorges's Dragon. Crayon de couleur et graphite sur papier / Coloured pencil and graphite on paper. 2007.

I never travel without a sketchbook. Better than any photograph, a sketch creates an emotional bond with every place that I visit. Each new drawing or quick watercolour sketch tells a story: it fixes memories, colours and atmosphere in my mind. It is a record of the scenery, people, flora, fauna, local history and culture encountered while traveling.  Because the atmospherical conditions, the sounds, the aroma's are part of your drawing, the travel journal encourages you to make use of all your senses. It means "living here and now".

The sketchbook is also a tool for discovery. It helps to look at the unseen or, in other words, to understand a subject and to focus on unnoticed details. It enables the artist to create in-depth studies of unusual subjects, far from his comfort zone, and to experiment with shapes, colours, values and textures.

Finally, sketching opens doors and creates connections with people, as it encourages people to approach you, look at your work and have a little chat.

Back at home, I eventually decide to re-use or -work some sketches to paint. Then, the journal becomes a visual database for inspiration, information and ideas. It is often completed with personal notes like dates and times, weather observations, scenery descriptions, roads traveled, colours, contrasts, textures ...

Complementary blog post: Material - Painting on location.

De_Ryck_Wall_studyWall Study. Technique mixte sur papier / Mixed media on paper. 2013.

Posté par Catherine DR à 12:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,


21 juin 2016

River Etive, Ecosse / Scotland

La Rivière Etive (en Gaélique écossais : Abhainn Èite) est située dans la vallée du même nom, le Glen Etive, au coeur des Highlands (région de l'Argyll). La rivière prend sa source sur les sommets de Rannoch Moor et ses affluents se rejoignent à la pointe de la montagne de Glen Coe. Elle façonne la vallée verdoyante sur 18km, jusqu'au Loch Etive qui se jette à son tour dans la mer. Au fil de son parcours, la rivière s'enrichit des eaux pluviales et s'écoule, tantôt en se reposant paisiblement dans son lit, tantôt en s'écrasant avec force et fracas contre les parois rocheuses abruptes qui la bordent ou qui jalonnent son chemin. La Rivière Etive est d'ailleurs très populaire auprès des amateurs de kayak en eaux vives et sa descente est considérée comme l'une des meilleures d'Ecosse, avec sa succession de rapides à eaux blanches, de chutes et de dénivelés.

Je me suis rendue sur place il y a trois ans. Malheureusement, le temps écossais, capricieux ce jour-là, ne m'a pas permis de travailler sur le motif : "it never rains but it pours", comme les gens disent ici. Je tiens donc à remercier mon ami écossais Andy MacDougall qui m'a fourni quelques visuels de référence afin que je puisse terminer cette aquarelle. Andy est un photographe talentueux qui capture l'atmosphère de la campagne et des villes écossaises. A travers ses clichés, il partage ses sentiments, l'émotion qu'il ressent à vivre dans ce magnifique pays dont il est si fier.  Son travail a été salué lors de nombreuses compétitions de photographie et son site Internet vaut définitivement le coup d'oeil !

De_Ryck-River_Etive-watercoRiver Etive. Aquarelle / Watercolour, 25 x 35 cm. 2016.

The River Etive (Scottish Gaelic: Abhainn Èite) is located in Glen Etive, in the heart of the Highlands (area of Argyll). The river rises on the peaks surrounding Rannoch Moor, with several tributary streams coming together at the head of the Glen Coe Mountain. It flows for about 18 km, dividing the glen in two green parts and offering a beautiful scenery. Rainwaters bring the river's level up and it flows - sometimes resting peacefully in its bed, sometimes splashing with force against the rocks that are on its way - before reaching the sea loch, Loch Etive. The River Etive is also one of the most popular and challenging white water kayaking runs for the afficinados. Indeed, it provides a multitude of white rapids with a variety of falls and pool drops and it is considered as one of the best water runs in Scotland.

I visited this place three years ago but, unfortunately, I wasn't able to paint on location. On that day, the Scottish weather didn't allow it: "it never rains but it pours", as people say here. I wish to thank my Scottish friend Andy MacDougall who helped me with the reference materials I needed to complete this painting. Andy is a talented photographer who captures the mood of the Scottish countryside and towns in an attempt to convey his personal feelings about living in this beautiful country that he is so proud of. He is the winner of several photography competitions and his website is definitely worth a look!

Posté par Catherine DR à 21:28 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,

19 juin 2016

Peindre les rochers / Painting rocks

DeRyck_River_Etive_WIP02

J'aime peindre les rochers. Là où certains ne voient qu'une succession de masses grises ou brunes, j'observe une grande variété de couleurs, nuances, reflets et textures. Les rochers sont un thème éternel à explorer, des pierres luisantes balayées par les flots aux rochers arides du désert. Mes préférés sont les rochers déchiquetés et aux allures irréelles que l'on retrouve dans les grands espaces ; ils sont plus riches en couleur, contaste et textures.

Ma technique consiste en trois étapes :

  1. J'applique les premiers lavis, constitués des nuances les plus claires de la pierre
  2. Dans l'humide, je dépose les tons moyens et foncés. Les auréoles et autres effets sont les bienvenus car ils contribuent à la création de textures additionnelles
  3. J'ajoute davantage de lignes et de détails à la brosse sèche pour un aspect plus réaliste.

Il est également important de bien choisir ses pigments. En fonction du résultat que l'on souhaite obtenir, l'utilisation de pigments naturels et minéraux peut s'avérer un atout. Ceux-ci sont plus lourds que leurs homologues synthétiques et ils produisent des effets intéressants tels que la sédimentation ou la granulation. Pour les rochers représentés ci-dessous, ma palette était constituée de terre de sienne brûlée, terre d'ombre brûlée, bleu céruléen et outremer, ainsi que de deux teintures (pigments synthétiques) utilisées dans les mélanges de noirs profonds : magenta quinacridone et bleu phtalo.

DeRyck_River_Etive_WIP05

I enjoy painting rocks. Where others see brown or grey masses. I observe a wide variety of colours, shades, relfections and textures. Rocks are an endless theme to explore, from the wet stones washed by rivers to the arid rocks of the desert. My favourite are often jagged, unreal-looking rocks in a rough landscape, as they are richer in colour, contrast and textures.

My technique can be divided in three steps:

  1. I apply the first washes, constituted by the lightest shades of the stone
  2. While the painting is still wet, I layer the medium and darkest colours. All backruns and effects are welcome, as they create additional texture
  3. Using the dry brush technique, I add more details and lines for a realistic look.

It is also important to choose the right pigments. Depending on the look that you want to achieve, using natural and mineral pigments can be an advantage. These pigments are heavier than their synthetic homolgues and they produce some interesting effects like sedimentation or granulation. For the rocks depicted above, my palette was made of burnt sienna, burnt umber, cerulean and ultramarine blues, as well as 2 staining (and synthetic) pigments used for mixing deep darks: quinacridone magenta and phtalo blue.

06 juin 2016

Peindre l'Ecosse / Painting Scotland

Ecosse-PIC01Il y a quelques mois, je posais la question suivante : que peindre et j'écrivais à quel point il peut être passionnant d'emprunter de nouvelles directions artistiques. Je ne suis pas peintre paysagiste, je n'ai tout au plus qu'une expérience relative. Le paysage est un thème commun en peinture, de nombreux artistes le maîtrisent à merveille et ils composent avec les formes contrastées, les valeurs et textures, les couleurs parfois inhabituelles, les reflets, les accents, les ombres… Lorsqu'il travaille sur le motif, le peintre doit rapidement saisir le mouvement du soleil sur une surface ou celui d'autres éléments qui peuvent changer au cours du temps. Il doit souvent simplifier ou optimiser la composition.

Mon premier voyage en Ecosse, il y a quelques années, a été une révélation. Je suis tombée sous le charme du pays, de la lumière, du paysage, de ses habitants, de l'héritage celte et des traditions. Rien de moins ! Pour partager ce ressenti, il n'existe pas de meilleur moyen pour moi que de saisir mes pinceaux. Dépeindre le paysage écossais me demandera d'observer comment les masses nuageuses influent sur le relief et comment le soleil filtre à travers elles, de sentir le poids des montagnes, la dureté et le relief de la pierre, l'énergie des eaux et l'atmosphère de lieux empreints de légendes.

Après m'être demandée pendant un long moment si je devais ou non concentrer mon travail sur le paysage, je suis prête pour un nouveau challenge. En 2013, j'ai visité le nord des Highlands et les Orcades. Lorsque vous lirez ces lignes, Fred et moi serons à nouveau dans l'avion vers l'Ecosse. Mes prochaines aquarelles et les dessins issus de mon carnet de croquis illustreront les lieux que nous avons déjà visité / visiterons. Je réaliserai également quelques portraits inspirés de nos rencontres. J'espère que vous apprécierez le voyage !

Scotland_Tour_2016En vert sur la carte / Outlined in green on the map: Roadtrip, Ecosse / Scotland, 2016.

A few months ago, I wrote about what to paint and how it can be challenging to take new paths. I am not a landscape painter, or at least I only have a little practice. Landscape is a common theme in painting and a lot of artists already master it very well. The landscape painter deals with contrasting shapes, values and textures, unusual colours, reflections, highlights, shadows… When painting on location, he must be quick to capture the movement of the sun across a surface, or other such items that have a way of changing over time. He often needs to simplify the elements or to rearrange them in a more effective way.

My first trip to Scotland, a few years ago, was a revelation. I fell in love with the country, the landscape, the scenery, the people, the Celtic heritage and traditions. Yes, all of it! And there is no better way for me to share how I felt and what I saw, than to paint it. To express the Scottish landscape in painting, I'll have to sense the large masses of the clouds and how the sun filters through them, to feel the weight of the mountains, the hardness of the stone, the energy of the waters and the atmosphere of places charged with legends.

After wondering if I should or shouldn't focus on landscape painting for a while, I am ready for this new challenge and a new series of works. In 2013, I visited Northern Highlands and Orkney. At the time you will read these lines, Fred and I will be on the plane, travelling to Scotland for new adventures. All paintings or drawings from my sketchbook will depict places that we already visited / will discover. I will also paint portraits of some of the people we met / 'll meet. I hope that you will enjoy the trip!

03 mai 2016

Matériel - Peindre sur le motif / Material - Painting on location

Les beaux jours sont de retour et, avec eux, notre envie de travailler à l'extérieur. Cependant, il n'est pas toujours facile de limiter la quantité de matériel à emporter avec soi. Voici quelques trucs et astuces... Premièrement, gardez ceci à l'esprit : tout votre matériel doit être contenu dans un petit sac à dos, de cette manière vous vous assurez de voyager d'un endroit à l'autre muni d'un équipement léger.

Couleurs aquarelle : j'utilise très souvent les mêmes couleurs, que celles-ci soient conditionnées en tubes ou en godets. Lors d'un voyage en avion, une palette à la fois petite et légère peut s'avérer très pratique. Il n'est pas nécessaire d'emporter beaucoup de couleurs, un choix limité de nuances chaudes et froides produit d'excellents mélanges. Mes 12 couleurs de base sont :

  • bruns : terre de sienne naturelle, terre de sienne brûlée, terre d'ombre naturelle, terre d'ombre brûlée, or quinacridone
  • bleus : bleu céruléen, bleu cobalt, bleu outremer
  • jaunes : gomme gutte, jaune cadmium
  • rouges : rouge cadmium, rose quinacridone

Parfois, je me limite aux 3 couleurs primaires. Je n'ai pas de marque de préférence mais, si je dois utiliser des godets, j'opte pour les couleurs crémeuses de Schmincke. Vous pouvez acheter (ou réutiliser) une palette de godets vides que vous remplissez des couleurs en tube de votre choix.

Pinceaux : pensez aux pinceaux que vous utilisez le plus et prenez-les. Lorsque vous choisissez vos outils, refléchissez aussi à leur polyvalence. Par exemple, le spalter couvre de larges surfaces mais vous pouvez ajouter des lignes ou d'autres éléments de design si vous l'utilisez sur sa tranche, ils vous permet aussi de réaliser des dégradés en un coup de pinceau ou de faire des projections, soit 1 outil = 4 utilisations. Certains pinceaux synthétiques possèdent un réservoir d'eau et sont idéaux pour de rapides croquis aquarellés.

Papier : le bloc collé 4 côtés est très pratique pour le travail sur le motif. Il permet à la feuille de ne pas gondoler, il ne doit pas être tendu et ne nécessite aucun traitement préalable. Une planche sous votre bloc n'est pas indispensable, vous pouvez travailler directement en fixant le bloc à votre chevalet ou en le posant sur vos genoux. Ma préférence va au papier Arches grain fin ou torchon, 300 g/m2, qui est suffisamment résistant pour premettre une multitude de techniques, de la superposition de lavis au sgraffito.

Autres outils :

  • ruban de masquage, cutter (si vous ne voyagez pas en avion)
  • petits récipients d'eau. Ils sont disponibles sous différentes formes et matières. Les récipients en textile résistants à l'eau sont parfaits car ils peuvent contenir une grande quantité de liquide. Lorsqu'ils sont vides, ils se plient à plat et ne requièrent pas beaucoup de place.
  • essuie absorbant ou sopalin
  • crayons aquarellables et/ou pastel dans des teintes classiques, pour l'ajout de lignes et d'éléments graphiques
  • pensez aussi à travailler confortablement : appareil photo si vous comptez terminer votre aquarelle à l'atelier, écran solaire, répulsif pour les insectes...

painting_911800_1920

The sun is coming and, with it, our wish to work outside. However, it is not always easy to limit our equipment to a minimum. Here are some tips... First of all, keep this in mind: all painting material should fit into a small backpack, this way you know that you will easily travel from one place to another with a lightweight equipment.

Watercolour paints: wether I choose to work with watercolour tubes or pans, the colours I use are often the same. While travelling by plane, a small and lightweight palette can be very useful. It is not necessary to take a lot of colours, a limited palette of a warm and a cool colours can produce surprising results. My basic palette is made of:

  • browns: raw sienna, burnt sienna, raw umber, burnt umber, quinacridone gold
  • blues: cerulean blue, cobalt blue, ultramarine blue
  • yellows: new cambodge, cadmium yellow
  • reds: cadmium red, quinacridone rose

Sometimes, I only use the 3 primary colours. I have no favourite brand to recommend but if I have to use pans, my choice goes to Schmincke because the colours are very creamy. You can buy (or re-use) an empty metal box and fill it with the colours of your own choice. When the colours run low, you can refill the pans with tubes.

Brushes: think about the brushes you use the most and pick them. While choosing your material, it is important to think about the versatility of each tool. For example, think about spalters: you can use them on the entire surface to cover large areas but also on the edge to add details or lines, they also enable you to paint graded washes in one stroke or to make directional projections. So, 1 brush = 4 uses. Some synthetic brushes hold water in the barrel and they are great for quick watercolour sketches.

Paper: 4-sided glue pad is very useful while working on location. It prevents the paper from buckling as it is glued down on all sides. Also you don't need to stretch the paper or to do any pre-treatment. You don't need a board under your pad, so you can place the pad onto your easel or on your knees and directly start painting. My favourite is Arches CP or rough, 140 lbs, because it is a resistant paper that enables me to work with several watercolour techniques, from superposing layers to sgraffito.

Other tools:

  • masking tape, cutter (if not travelling by plane)
  • small water containers. They are available in different shapes and materials. Waterproof textile containers are excellent as they contain a large amount of water. When empty, they easily fold flat and do not take a lot of space
  • tissues
  • watercolour and/or pastel pencils in basic shades, to add lines or graphic elements
  • think about your own comfort while painting: camera if you wish to complete your work in the studio, sunscreen, insect repellent...