J'avais envie d'écrire sur toutes ces petites choses que l'on découvre un peu par hasard. J'avoue que j'ai un grand faible pour le cinéma, la musique et l'art en général. Alors voilà l'une de  ces petites choses ...

J'aime assez Audrey Hepburn et cette époque de l'âge d'or du cinéma américain, début des années 1950. Et, en 1953, il y a eu ce classique, "Vacances Romaines", avec Audrey Hepburn et Gregory Peck, que j'ai visionné pour la première fois il y a peu de temps.

L'histoire semble assez banale de nos jours, une princesse qui, alors qu'elle est en visite à Rome, s'enfuit pour oublier ses obligations et tomber amoureuse d'un inconnu. Une jolie histoire tout sucre, tout miel. Un petit conte de fées, quoiqu'il nous remet vite les pieds sur terre lorsqu'elle choisit finalement de retrouver son rang, la mort dans l'âme mais l'esprit bien conscient de la loyauté qu'elle doit manifester à l'égard de ses sujets.

Vacances_Romaines_1

Nous ne sommes plus à l'époque des bobines, qui dit film, dit DVD, dit bonus. Alors, voilà où en est ma découverte ... C'est une découverte pour moi puisque j'ignorais cette partie de l'histoire de l'industrie du cinéma américain.
Le film a été réalisé par William Wyler.
Son scénariste a longtemps été méconnu. Pourquoi méconnu? Car le film a été écrit par Ian Mc LellanHunter, qui n'est qu'un prête-nom pour Dalton Trumbo. Un prête-nom car cet homme-là fait partie de ceux que l'on a appelé les Dix D'Hollywood ("Hollywood Ten").

Trumbo a commencé sa carrière en 1937. En 1947, lorsqu'il refuse de répondre à la question de la commission des activités anti-américaines du Sénateur MacCarthy : « Êtes-vous encore ou avez-vous été membre du parti communiste? », il n'est plus autorisé à travailler pour le cinéma américain et se retrouve inscrit sur la liste noire du cinéma. Il est emprisonné durant 11 mois puis s'exile au Mexique. De là, il continue à écrire sous des noms d'emprunt. Et il écrit donc "Vacances Romaines". Le premier réalisateur ayant abandonné le film, car travailler avec l'un des Dix D'Hollywood peut mettre littéralement un terme à votre carrière cinématographique, c'est Wyler qui prend le risque. Voilà pourquoi le nom de Trumbo n'apparaît pas au générique.

Cette liste noire du cinéma a empêché ces dix hommes de retrouver du travail par la suite et, pour répondre à leurs impératifs familiaux, pour nourrir leur famille, certains ont du revenir sur leurs positions.

Par chance pour Trumbo, il a remporté un Oscar en 1956 pour un autre film et son nom a officiellement été effacé de la liste noire en 1960.

"Vacances Romaines" est l'un des tous premiers films d'Audrey Hepburn alors que Gregory Peck, acteur renommé, participe à sa première comédie romantique. Le rôle devait, au départ, être confié à Cary Grant mais celui-ci, s'apercevant que le personnage principal était en réalité celui de la princesse Ann et non celui de Joe Bradley, le refusa. Si courant passe bien entre l'acteur et la jeune débutante, le tournage en extérieur (ce qui ne se fait guère à Hollywood à cette époque car la majorité des films se tournent en studio) est éprouvant. En 1952, Rome doit faire face à une canicule. De plus, les moyens de post-productions ne sont pas aussi perfectionnés qu'aujourd'hui, l'équipe technique doit trouver mille et une astuces pour que le tournage se déroule sans encombres, sans journalistes, sans trop de public aux alentours, sans trop de bruit, ... Il faut fermer des rues, clôturer des monuments avec des cordes, ...

Pour son premier grand rôle Audrey Hepburn a reçu l'Oscar de la meilleure actrice le 25 mars 1954.

Pour terminer, une anecdote pour sur le film. Joe Bradley, le journaliste joué par Gregory Peck fait visiter Rome à la princesse Ann (Audrey Hepburn) et l'emmène devant "la Bouche de la Vérité", une statue qui, selon la légende, mange la main de tous les menteurs. La princesse y introduit sa main, effrayée car elle a bel et bien menti, et est ensuite rassurée d'en retrouver les cinq doigts. Elle invite alors Joe, dont elle ignore la véritable identité, à faire de même. Celui-ci se joue d'elle et fait mine d'avoir la main tranchée. Cette scène sonne très "vrai" pourtant. D'après les bonus du DVD, Peck a inventé de toutes pièces cette main happée, tant et si bien qu'Audrey Hepburn est tombée dans le panneau, l'effet de surprise était si parfait et naturel que la scène a été ajoutée au film.