J'ai découvert la vie et l'oeuvre d'Edward Hopper (Peintre réaliste américain. Nyack, 22 juillet 1882 - New York City, 15 mai 1967) en 2004, lors de la présentation de plusieurs de ses tableaux en Europe, notamment à Cologne et à la Tate Modern de Londres, où l'exposition a obtenu le second record d'affluence de l'histoire du musée avec plus de 420.000 visiteurs en 3 mois.

Hopper

Photographie d'Edward Hopper, 1950, par George Platt Lynes (1907-1955), "silver gelatin black-and-white glossy print".

Hopper entre à la New York School of Arts en 1901 et y devient l'élève de l'artiste Robert Henri durant 5 années. Il est encouragé par son professeur à peindre avec réalisme la vie urbaine afin de (= susciter des remous de par le monde). Entre 1906 et 1910, Hopper entreprend de nombreux voyages en Europe, notamment en Angleterre, aux Pays-Bas, en Allemagne, en Belgique ... et séjourne régulièrement à Paris. Son oeuvre s'inspire du courant réaliste développé par Velasquez, Goya, Manet, ...

Ses premières oeuvres révèlent déjà les caractéristiques de sa peinture, à savoir une composition basée sur des formes géométriques simples, des lignes fortes, de larges zones de couleur et l'utilisation dans ses paysages de lignes de structure verticales, horizontales ou diagonales.

En 1908, il s'installe à New York où il excerce la profession d'illustrateur et réalise également quelques dessins publicitaires. L'ensemble de son oeuvre suscite peu d'intérêt à l'époque et restera dans l'ombre pendant de nombreuses années. Pourtant, l'artiste à bel et bien développé un style qui lui est propre, empreint d'émotion. Ses contrastes sans concession dans lesquels évoluent des personnages souvent isolés dévoilent son sujet de prédilection : la solitude angoissante et absolue d'où se dégage une certaine mélancolie. En effet, par la simplification des formes des personnages mais surtout des ensembles architecturaux, il permet aux objets inanimés d'évoquer des sentiments humains.

En 1923, il commence à peindre à l'aquarelle et reçoit le "Logen Prize" de la Chicago Society of Etchers. L'année suivante, il expose toutes ses nouvelles aquarelles et épouse Joséphine Nivison, peintre également, qu'il immortalisera dans de nombreux tableaux. Hopper a également pour coutume de travailler l'aquarelle par-dessus le fusain, ce qui confère à celle-ci davantage d'opacité par endroits.

Hopper_02

Edward Hopper, "Light at Two Lights", 1927. Aquarelle. 35,6 x 58 cm. Montgomery Museum of Fine Arts, Montgomery, Alabama, The Blount Collection.

En 1925, sa maturité artistique est révélée grâce au tableau "House by the Railroad" ("La Maison près de la Voie Ferrée"), première oeuvre d'une série de scènes urbaines et rurales.

Hopper_03

Edward Hopper, "House by the Railroad", 1925. Huile sur toile. 61 x 73,7 cm. The Museum of Modern Art, New York.

Au fur et à mesure du temps, son style s' affine encore plus et devient épuré, sans pour autant dévier de ses idées premières. Dans les situations qu'il choisit pour mettre en place ses personnages, on retrouve beaucoup d'éléments de la vie quotidienne des Américains : cinémas, stations service, motels, rues désertes, bars, voies ferrées, intérieurs de maison ... L'un de ses tableaux les plus connus, intitulé "Nighthawks" ("Noctambules"), met en scène des clients esseulés assis au comptoir d'un bar-restaurant dont la lumière vive des néons contraste avec les ténèbres de la nuit.

Hopper_01

Edward Hopper, "Nighthawks", 1942. Huile sur toile. 76,2 x 144 cm. The Art Insitute of Chicago.

Bien qu'Hopper ait toujours été en marge de ses contemporains, tant dans sa perception que dans la réalisation de ses oeuvres, il est l'un des piliers du renouveau de l'art figuratif et du pop-art du 20è siècle. Les exemples les plus frappants sont les hommages à "Nighthawks" qui représentent souvent des personnages de cartoons ou des acteurs de cinéma, tels James Dean ou Marylin Monroe, dans le même décor, et que le touriste averti peut dénicher dans la plupart des boutiques de souvenirs américaines. Plus subtil, le tableau "House by the Railroad" est supposé avoir influencé Alfred Hitchcok pour son film "Psycho".

Son travail sera récompensé par de nombreux prix et titres qui lui seront décernés un peu partout aux Etats-Unis.

L'une de mes toiles préférées de Hopper s'intitule "Cape Cod Morning", où la femme appuyée à la fenêtre regarde si le temps est assez clément pour étendre son linge dans le jardin. Pour la petite histoire : en 1930, Hopper avait acheté une maison dans cette région et y est retourné fréquemment tous les étés, jusqu'à un âge très avancé.

Hopper_04

Edward Hopper, "Cape Cod Morning", 1950. Huile sur toile. 86,7 x 102,3 cm. National Museum of American Art, Smithsonian Institution.

Un merveilleux site consacré à Hopper et réalisé par l'équipe du Smithsonian American Art Museum offre un regard sur la vie et l'oeuvre de l'artiste, je vous encourage vivement à le visiter : http://americanart.si.edu/collections/exhibits/hopper/


Voici quelques liens envoyés par Nitroxc (grand merci à toi!) concernant les différentes sources d'inspiration qu'a été "Nighthawks" dans le cadre pas mal de dessins animés, BD ou séries TV, sans oublier les très célèbres scènes hollywoodiennes :