Le papier sur lequel vous travaillez est, avec vos couleurs, vos pinceaux et votre savoir-faire, l'un des éléments principaux de vos aquarelles. Pour une utilisation optimale du papier aquarelle, il est important de savoir comment le reconnaître, le choisir et le protéger. Les papiers aquarelle peuvent être de grain et de grammage différents. Il est recommandé d'utiliser un papier sans acide et 100% coton qui favorise une meilleure conservation dans le temps. Le papier contenant de l'acide peut, en effet, jaunir au fil des années.

Le grain : rugueux, pressé à froid (ou NOT), pressé à chaud (ou HP), satiné. Le choix du grain dépend du sujet et des effets que vous souhaitez créer. Le grammage et le taux d'absorption du papier varient considérablement en fonction des marques.

  • Le papier dit rugueux possède un grain prononcé. Il permet à l'artiste de produire des effets de texture marqués puisque les pigments se déposent dans les creux du papier.
  • Le papier pressé à froid possède un grain apparent mais plus léger et est le plus couramment utilisé par les artistes.
  • Le papier pressé à chaud possède une surface au grain fin, plus lisse, idéale pour de larges lavis de couleur.
  • Le papier satiné est totalement lisse et parfait pour un travail détaillé, plus particulièrement pour la réalisation de portraits. Cependant, l'artiste doit avoir une bonne connaissance des techniques de l'aquarelle car ce type de papier ne donne presque pas droit à l'erreur.

Le grammage : l'épaisseur du papier aquarelle est déterminée par son grammage, mesuré en grammes par mètre carré (g/m2). Le plus polyvalent, convenant parfaitement pour tous types d'aquarelles, est le papier 300g/m2. Le papier plus épais est recommandé pour les techniques dans l'humide, puisque le papier ne se déforme pas au fur et à mesure que l'on y applique de grandes quantités d'eau.

De gauche à droite : papier pressé à chaud, pressé à froid et rugueux.

Water_Colour_paper

From left to right: hot pressed, cold pressed and rough paper.

The paper that you are working on is, with your colours, brushes, and your expertise, one of the main elements of your watercolour paintings. For an optimal use of the watercolour paper, it is important to know how to recognise and choose it, as well as how to protect it. Watercolour paper comes in different surfaces and weights. It is advised to use acid-free and made of 100% cotton paper for a perfect conservation over time. Indeed, acid paper can turn yellow with age.

The surface : rough, cold-pressed (or NOT), hot-pressed (or HP), with a satin finish. The choice of surface depends on the subject and the effects you want to create. The surface texture and absorbency vary considerably between manufacturers.

  • Rough watercolour paper has a pronounced surface. It enables the artist to obtain strong textural effects as the pigment settles into the hollows of the paper.
  • Cold-pressed has a moderated texture and is the most used by the artists.
  • Hot-pressed watercolour paper has a fine-grained, smooth surface, which is ideal for large washes of colour and detailed works.
  • Paper with a satin finish lacks of pronounced grain and is perfect for detailed work, especially portraits. However, the artist must have a good knowledge of watercolour techniques because it is less easy to correct mistakes on this type of paper.

The weight : The thickness of watercolour paper is indicated by its weight, measured either in grams per square metre (gsm) or pounds per ream (lb). The most versatile weight, suitable for all types of watercolours, is 300 gsm (140 lb). Paper over this weight is recommended for very wet techniques, as the paper does not distort with the application of water.

Image / Picture : Winsor & Newton, no copyright infringement intended.